L' HISTOIRE DU DOMAINE

L' HISTOIRE DE SULAUZE ET DE LA FAMILLE FANO

 

En 1932, René Fano, qui a prospéré en Chine, apprend que le Domaine de Sulauze est en vente suite à la faillite de son propriétaire et l'achète.

Retournée en France depuis 1949 à la fin du traité des concessions Franco-Chinoises, les descendants de la famille Fano (Pierre et ses frères et soeur) décidèrent d'investir dans leur patrimoine familial et créèrent à Sulauze une Société Agricole. 450 hectares de pinèdes furent préservées et 300 hectares exploités : céréales, foin de crau, fruits et légumes, vignes et pâturages avec 150 vaches laitières.

Les produits du domaine étaient vendus dans deux magasins, l'un proche de la porte d'Arles à Istres et l'autre dans l'avenue principale à Miramas.

En 1972, Laurent, le petit-fils de René Fano et fils de Pierre, décide de mettre des taureaux pour nettoyer les collines abandonnées depuis longtemps par les moutons. L'afficion vient plus tard. Laurent Fano qui a alors 30 ans ignore qu'il vient d'entreprendre une bien longue marche. Il achète des toros,une dizaine de bêtes pendant 2 ou 3 ans, puis un peu plus chaque année. C'était pour apprendre le métier mais il a vite compris qu'il fallait évoluer. il lidiait ses toros sur les plages, c'était la belle époque, les choses étaient faciles.

Laurent Fano accompagné de son épouse Michèle, tous deux interressés par le vin, ont suivis des études d'oenologie à montpellier. Ils se voient confier l'exploitation agricole par Pierre et décident en 1974 de créer leur propre cave sur le Domaine. Ils vont rapidement exporter leur vin des côteaux d'Aix et cela marche plutôt bien. Ils vendent toute leur production directement à la cave à un public local....Château de Sulauze, ça sonnait bien ! Un bon vin à bas prix pour des gens à petits salaires...pour les cheminots de Miramas et les ouvriers des usines voisines, Sulauze devient une destination obligée. Pas d'intermédiaire, pas d'invendus, ni de stock en souffrance, la clientèle est fidèle et le négoce parfait. Sulauze revit alors autour de son hameau de pierre.

En 1979, laurent décide de construire les Arènes de Sulauze où il organise à la belle saison des journées champêtres (Ferrade, tienta, fiesta campera....)

En 1988, l'élevage procédera à l'élimination du bétail de la terre pour s'orienter vers un sang en vogue à cette époque, de Jaral de la Mira.

C'est en 1997 que Christophe Fano, fils de laurent et arrière petit fils de René, décide de s'installer comme jeune agriculteur accompagné de son épouse Juliette.

Ils achètent en 1999 toute une Ganaderia composée de 120 bêtes d'origine Murube reconnues et qui donnent de bons résultats taurins. Malgré ce nouveau sang porteur, Christophe et Juliette sont confrontés à de graves problèmes, les prix sont de plus en plus bas. Alors, de même que son père l'avait fait en vendant en direct son vin à une clientèle locale et quelques bêtes au détail, ils imaginent eux aussi vendre la viande de leurs toros recalés lors des tientas à une clientèle proche. Ils envoyent par quinzaine des bêtes à l'abattoir, puis les débitent et organisent des ventes directement à la ferme. Les ventes ne se font que sur commande, ce qui permet de tuer les bêtes en fonction de la demande. La clientèle est fidèle, Christophe et Juliette peuvent alors vivre de leurs toros grâce à cette activité.

En 2004, la famille Fano se sépare de la vigne et de leur salle de réception "la fénière". Les nouveaux gestionnaires, Guillaume et Karina Lefèvre, s'orientent alors vers des productions au label Bio.

En 2008, Christophe et Juliette Fano décident de développer leur activité en créant une nouvelle salle de réception "Les Berlettes" qu'ils font construirent afin d'y organiser plusieurs manifestations : journées champêtres, repas comité d'entreprise, mariages, bâptèmes, anniversaires....

 

Voilà, le long parcours de la famille Fano à Sulauze depuis 1932 jusqu'à aujourd'hui et qui se poursuivra sans doute les prochaines années grâce à leurs descendants......

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×